Réglementation trottinette électrique, monoroue, skate électrique mobilisons nous

Réglementation trottinette électrique, monoroue (e-roue, gyroroue), skate électrique mobilisons nous 😉

La question de la mise en place d’une réglementation trottinette électrique, monoroue (e-roue, gyroroue) et skate électrique est dans les esprits des utilisateurs, des professionnels du milieu de la mobilité et des responsables institutionnels depuis fort longtemps. Si jusqu’alors rien n’avait été fait de concret sur le sujet, il semblerait que nous nous dirigions doucement vers la mise en place d’une réglementation dans les mois à venir. C’est donc le bon moment pour défendre les intérêts des utilisateurs de NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels) face aux critiques parfois infondées des utilisateurs des chaussées, pistes cyclables et espaces piétons.

Ce qu’on a le droit ou pas de faire à ce jour en monoroue, trottinette ou skate électrique ?

DANS LES FAITS :

Les utilisateurs de NVEI disposent d’une très grande liberté car la réglementation trottinette électrique ou gyroroue n’existe pas à ce jour. Il semble donc dans les faits qu’on puisse circuler sur les trottoirs, les pistes cyclables ou les petites routes de nos agglomérations sans risquer d’amende.

Si la majorité des professionnels de la mobilités préconisent aux futurs utilisateurs d’emprunter prioritairement les pistes cyclables (voies qui semblent les plus adaptées car les monoroues et trottinettes ne sont pas plus larges qu’un vélo et circulent globalement aux mêmes vitesses), la question du choix du trottoir ou de la route quand les pistes cyclables ne sont pas présentes n’est pas si évidente pour un utilisateur.

On peut piloter une trottinette électrique ou une monoroue à très faible vitesse et avoir des trajectoires très précises. Un déplacement sur les trottoirs est donc souvent privilégié par les utilisateurs respectueux des autres usagers car ils font bien entendu attention de laisser la priorité absolue aux piétons et d’observer une vitesse proche de la marche pour ne pas les déranger (on considère d’ailleurs les monoroues ou trottinettes électriques comme des « accessoires piétons » qui sont eux sensés respecter une vitesse de 6km/h maximum sur les trottoirs)

D’autres utilisateurs qui n’ont pas peur, comme les vélos d’ailleurs, de s’insérer dans la circulation automobiles emprunteront les routes ou voies de Bus. La majorité de ces usagers circulent avec des protections adaptées (fortement recommandées sur tout type de voie) voire avec des équipement de motard (blouson renforcé, gants casque intégral).

EN THEORIE :

Une seule référence institutionnelle de quelques lignes seulement existe à ce jour sur l’utilisation des NVEI sur la page du site service-public.fr et en dehors de l’utilisation des routes la tolérance semble encore de mise : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12124

« Les gyropodes, les gyroroues, les trottinettes électriques et les hoverboards, sont des engins de déplacement personnel, dotés d’un moteur.

Ils ne doivent pas être utilisés sur :

  • la route ;
  • les pistes cyclables puisqu’elles sont réservées aux vélos ayant au moins 2 roues (pédales, manivelles, assistance électrique notamment interrompue lorsque le vélo atteint une vitesse de 25 km/h) ;
  • les trottoirs et dans les zones piétonnes.

Néanmoins, l’utilisation de ces engins peut être tolérée sur les trottoirs et dans les zones piétonnes à condition de ne pas gêner les piétons et de circuler à l’allure du pas (environ 6km/h) ainsi que sur les pistes cyclables « 

Un flou et une grande tolérance co-existe donc depuis plus de 4 ans sur cette question de la place de ces NVEI dans les villes et les campagnes car ni les élus locaux, ni les élus nationaux n’ont proposé à ce jour de réglementation spécifique. Mais en réalité rassurez-vous tout marche très bien en ville actuellement pour les utilisateurs de NVEI et contrairement à ce que l’on pense les conflits d’usage ou les accidents sont extrêmement rares.

Une réglementation trottinette électrique, monoroue (e-roue, gyroroue) skate électrique à venir pour réduire les conflits d’usages et les accidents ?

Si les utilisateurs de trottinettes électriques monoroues et skates électriques savent bien que ces nouveaux modes de transport écologiques et très pratiques en zone urbaine ne sont pas plus risqués et accidentogènes que le vélo, le scooter ou la voiture, et si les chiffres l’attestent, ce n’est pas l’idée qu’on se fait à priori de ces nouveaux engins lorsqu’on n’est jamais monté dessus (on attend régulièrement « la monoroue ça à l’air casse gueule »).

Une crainte toute compréhensible, mais finalement injustifiée des autres usagers historiques de la ville ou encore des élus de voir ces engins se développer existe et elle doit être prise en considération dans les débats autour de la réglementation.

C’est en fait aux usagers des NVEI et aux professionnels du secteurs de la mobilité qu’incombe la délicate mission de rassurer les pouvoirs publics et les associations d’usagers pour tenter d’aboutir sur une réglementation cohérente qui permettra aux utilisateurs de trottinettes électriques, monoroues et skate électriques de continuer à circuler en toute sécurité et simplicité dans l’ensemble des zones urbaines et rurales, au même titre que les utilisateurs de vélos scooters ou voitures.

Les résultats des assises de la mobilité influeront sur la réglementation trottinette électrique, monoroue (e-roue, gyroroue), skate électrique mais pas que …

Ce sujet complexe a été abordé en présence des représentants usagers de la route, les piétons, les cyclistes et les élus locaux ou nationaux lors des assises de la mobilité qui se sont tenues entre septembre et décembre 2017. Si quelques représentants des NVEI étaient présents lors de ces assises et qu’ils ont tenté de défendre au mieux les intérêts des monowheelers, e-trotters et e-skaters il serait intéressant de poursuivre le débat à tous les niveaux possibles dans les semaines à venir via les réseaux sociaux, les futurs évènements et autres actions de communication intelligentes pour informer tous les acteurs en jeux et ne pas aboutir à une réglementation trop restrictive qui pourrait finalement être choisie pour contenter les utilisateurs historiques de la ville plus nombreux et mieux représentés ou des acteurs institutionnels qui auraient peur à tord de voir se développer des solutions alternatives « trop innovantes » ou qui sembleraient trop « accidentogènes ».

Nous avons la chance d’avoir au sein la ville de Paris un Maire et des élus qui défendent ardemment les solutions alternatives aux véhicules polluants, la réduction des espaces dédiés aux véhicules thermiques et qui ont aussi conscience de la problématique des transports en communs surchargés. Ils assistent tous depuis 3 ans au développement raisonné des NVEI et pourront attester tout comme les nombreux utilisateurs de la chaussée et des trottoirs objectifs ou les agents de police municpaux qu’il n’y a à ce jour pas de réel conflit d’usage et des cas infimes d’accidents. L’équipe du magasin Eroue Paris promoteur historique de la monoroue sur Paris ainsi que les autres acteurs reconnus tels que Mobility Urban ou Gyroroue Shop vont évidemment se mobiliser autour de cette noble cause semaines à venir.

Mais la voix la plus importante est bien celle des usagers de monoroues et trottinettes électriques et c’est la raison pour laquelle nous faisons appelle à toute la communauté des wheelers, e-trotteurs et e-skateurs pour participer au questionnaire ci après qui présente les deux versions potentielle de la future réglementation qui sont actuellement discutées au niveau national.

Les résultats de cette étude seront transmis aux élus locaux et nationaux en charge de la création de la réglementation et pèseront sur les futurs arbitrages. La réglementation devrait arriver dans quelques mois mais c’est bien dans les semaines à venir que les grand principes de cette réglementation seront entérinés.

Un questionnaire mis en place pour exprimer la voix des Wheelers, E-trotters et e-skaters

N’hésitez donc pas à remplir votre questionnaire pour vous exprimer et peut être faire basculer la loi du bon côté en tout cas celui que vous pensez être le bon côté 😉

Pour que les NVEI soient assimilés à des vélos il faudra Voter « 1 »

Dans le cadre des Assises, un groupe d’experts (dont la sécurité routière, le CEREMA, des associations de vélos et de piétons et un représentant de la nouvelle FPMM) a débattu de l’avenir de la réglementation des NVEI. Leurs réflexions et leur argumentation contiennent bon nombre de schémas erronés et de pré-jugés, dus à la méconnaissance de ces engins de déplacement (en particulier en ce qui concerne la roue). Par exemple, cela est flagrant quand ils disent qu’il s’agit « d’un effet de mode », ou encore que l’on puisse penser « que [les engins] nécessitent souvent un revêtement de très bonne qualité sans aspérité« . Pour autant, leur conclusion est plutôt très intéressante :

« En résumé, la proposition du Comité des experts est d’assimiler les engins de

déplacement à des cycles quant à l’usage des espaces publics et aux règles d’usages

relativement au partage de la voirie. Toutefois, vu qu’il s’agit de nouveaux modes de

déplacement, il est proposé de leur imposer le port du casque et de gilet de haute

visibilité. Des recommandations complémentaires sont à établir relativement aux

équipements de sécurité (protections genou-coude-poignet). »

Cela revient donc à considérer les Monoroues, trottinettes électriques et skates électriques comme des vélos avec tous leurs droits et leurs devoirs, c’est-à-dire :

– Circuler sur les zones piétonnes à condition de respecter la priorité des piétons ;

– Circuler sur la rue dans les zones 30 Km/h ;

– Circuler sur les aménagements cyclables dans les rues à 50Km/h quand ils existent ;

– Circuler sur la rue dans les Zone 50 Km/h ou plus quand il n’existe pas d’aménagement cyclable ;

– Etre interdit sur les trottoirs ;

– Bénéficier de toutes les priorités et règles du code de la route des vélos : utilisation des contre-sens vélo, etc.

Pour une assimilation piéton mixte il faudra voter « 2 »

Cette préconisation non négociable propose un usage sur les trottoirs à 6km/h max de tous les EDP (engins de déplacement individuels intégrant les monoroues trottinettes électriques et skate électriques mais aussi les skates, rollers, trottinettes sans moteur).

Les préconisations :

– Etre assimilé aux piétons dans les aires piétonnes, les zones de rencontre, les voies vertes, les trottoirs et les traversées piétonnes de chaussée en respectant les 6km/h

– Etre assimilé aux cycles quand il y a des pistes cyclables ;

– Circuler sur les aménagements cyclables

Etre interdit sur la chaussée dans les zones à 50 Km/h et plus, quand il n’existe pas d’aménagement cyclable ou de rabattement sur le trottoir à 6km/h.

 

Capture d'écran 2018-01-05 14.51.18

Pour participer au sondage c’est ici : Accès au grand sondage sur la réglementation trottinette électrique monoroue e-skate

PS: Un grand merci à l’équipe de Mobility Urban qui a réuni les professionnels du secteur pour défendre notre noble cause et qui est à l’origine de la rédaction du formulaire  😉

9 Comments On “Réglementation trottinette électrique, monoroue, skate électrique mobilisons nous”

  1. Bonjour à tous

    Je souhaitais partager mon avis. Adepte du roller, je suis très intéressé par les NVEI.
    Pour ma part je pense qu’il faut arrêter de toujours vouloir interdire et permettre aux usagers des NVEI (comme des rollers) de disposer des accès à toutes les infrastructures (route, pistes cyclables, trottoir, parc…) tout en les responsabilisant sur leur partage en édictant des règles de « savoir vivre » ensemble (vitesse limite dans certaines circonstances, systèmes réfléchissants (sans pour autant que cela soir impérativement un gilet jaune mais être visible à tant de mètre par exemple), ou d’éclairage pour être visible…)
    Je pense par exemple aux freestylers ou aux débutants qui ne pourront utiliser les trottoirs si les NVEI sont considérés comme des cyclistes alors que les wheelers plus aguerris préféreront peut être la route. A haute vitesse, les NVEI ont ils tous des systèmes de freinage efficaces pour freiner en « urgence » ? L’adhérence sur sol mouillée avec une trottinette équipée de roue dure n’est elle pas plus risquée sur la route lorsque dans ces conditions, l’usage du trottoir pourrait être plus approprié ?
    Voilà pour ma part il ne faut pas être limitatif mais que chacun puisse user de l’infrastructure la plus appropriée pour lui en étant respectueux des autres usagers (respecter le code de la route sur les routes…).

    Répondre

  2. Bonjour à toutes et tous,
    Enfin on peut s’exprimer sur les nouveaux nvei.
    Je vote sans hésiter la loi 1.
    Il faudrait simplement ajouter les trottinettes avec siège parce qu’il existe des trottinettes sans siège et ça sera parfait.
    Vivement que cette loi sorte rapidement.
    Salutations

    Répondre

  3. Bon ben voilà, rempli avec l’option cycliste (avec résignation). Mais c’est très frustrant d’avoir à choisir entre deux options aussi restrictives. Je préfère l’option de la législation belge qui classe piéton à moins de 6 km/h, et cycliste au delà.
    Mais cycliste est aujourd’hui le moins pire :
    – Se déplacer à Paris uniquement par les pistes cyclables et rues à 30kmh est impossible au vu de leur rareté et discontinuité, et des travaux constants.
    – Se priver des trottoirs sera gênant (ils sont bien pratique pour remonter les boulevards pavés où les chauffards roulent comme des fous alors que les trottoirs sont larges et peu encombrés), mais on s’y fera. Par contre attention, rouler sur un trottoir ne serait-ce que 10 mètres pour rentrer chez soi sera puni de 135 euros d’amende ! (merci le trolley…)

    Répondre

  4. Bonjour à toutes et tous,
    L’usage des E.D.P soit les N.V.E.I ou V.L.E.U hors des pistes cyclables, circulant sur les trottoirs présentent un risque important pour les piétons.
    Circulant sur la route ils sont en danger à cause de leurs petites roues. Les nids de poules, les plaques métalliques et glissantes, les encombrants et feuilles des arbres tapissant une chaussée mouillée ainsi que les trottoirs, tout cela est accidentogène.
    Ce qui m’amène a penser que les N.V.E.I biens équipés et protégés de gants et d’un casque homologué, devraient circuler sur des voies ou pistes cyclables mieux adaptées et plus développées.

    Répondre

  5. Bonjour,

    Je suis wheeler depuis presque 2 ans. J’utilise ma roue tous les jours, elle a remplacé mes véhicules (auto – moto).
    Mes trajets se font sur les pistes cyclables (trottoirs et routes), ainsi que sur les trottoirs sans piste appropriée lorsque les routes sont dangereuses et sur les routes lorsque les trottoirs présentent un danger.

    Je fais très attention aux piétons car la moindre chute peut être dangereuse en gyroroue. Je suis d’ailleurs bien protégé (casque + protections complète de rollers)

    Pour prévenir les promeneurs de mon arrivée, je suis équipé d’une enceinte autonome qui diffuse de la musique assez fort… je sais que ça fait « kéké » mais au moins enfants comme adultes se retournent systématiquement et me repèrent d’autant que je me suis équipé de lumières.

    Seuls ceux au téléphone restent sourd et je n’ai qu’à les héler pour signaler ma présence.

    Aujourd’hui, on pourrait penser que je préfèrerais la loi 1…
    Mais j’ai un soucis avec cette loi car certaines communes ont eu la stupide idée de faire des pistes cyclables partagées limitées à 10 kmh alors qu’il y a la place de faire de vrai pistes sans pénaliser les pietons.
    Afin de faire respecter cette règlementation, en période touristique, des policiers équipés d’un radar surveillent la vitesse sur ces pistes partagées et si besoin verbalisent les vélos en grosse infraction.
    Actuellement les rollers et NVEI ne sont pas concernés car considérés comme piétons… mais quid de demain…
    Comment contrôler sa vitesse ? en regardant l’application sur son smartphone ? Pour rappel la loi interdit l’utilisation d’un téléphone au volant…

    Je serais plus pour la loi 2 en apportant une nuance car comme l’a dit un policier qui s’était fait interpelé par un usager parce qu’il roulait plus vite que la limitation en segway, être considéré comme un piéton ne veut pas dire être limité à 6 km/h… car un pieton qui court va bien au delà de cette vitesse.

    Sinon il faudrait d’interdire les joggers sur les trottoirs et les obliger à courir sur les pistes cyclables…

    Répondre

  6. Je pense sincèrement que pour les gens expérimenté je dis bien les personnes expérimentées que ce soit en trottinette ou en gyroroue électrique devrait pouvoir rouler sur les piste cyclable plutôt que sur les trottoirs et quand il n’y a pas de piste cyclable pouvoir rouler sur les routes limitée à 50 km heure mais seulement en ville nous ne sommes pas plus dangereux qu’un cycliste mais qui ils soit équipé de protection de la tête aux pieds casque intégral obligatoire à mon goût et malheureusement pour les non expérimenté je ne sais pas quoi vous dire dangereux sur la route dangereux sur les pistes cyclables dangereuses sur les trottoirs je pense sincèrement qu’il devrait y avoir une formation obligatoire avant de pouvoir circuler librement

    Répondre

  7. Je vote 1 je trouve bien moins dangereux de rouler sur la route avec une gyroroue à 25 km heure que de rouler sur les trottoirs à 7 km bien sûr je suis pour le port du casque obligatoire et le port des protections être équipée de feux de signalisation et de clignotant c’est mon cas j’ai aussi fixer une caméra sur mon casque qui me permet de voir ce qui se passe derrière moi en général les conducteurs auto moto le plébiscite quand je leur demande s’ils me trouves dangereux on me dit non pas plus qu’un vélo voir mieux quand vous freiner on le voit sur votre casque quand vous tourner à droite vous avez des clignotants quand vous tournez à gauche vous avez des clignotants ah et en plus sur votre téléphone vous voyez ce qui se passe derrière finalement vous êtes moins dangereux qu’un vélo

    Répondre

  8. Bonjour. Je pense que si on veut développer l’usage de ces nouveaux moyens de transports très écologiques ( pas de bruit, pas de pollution, encombrement urbain très réduit) ) et encourager les citadins ainsi à renoncer à leurs véhicules polluants et encombrants il est totalement contreproductif de vouloir réglementer leur usage de façon rigide et abusive en exagérant les problèmes comme on le lit malheureusement trop souvent dans la presse actuellement. Je suis totalement contre le fait de rendre obligatoire le casque ou le gilet jaune pour ces engins. Le casque n’est pas obligatoire pour les vélos. Non Les trottinettes électriques ou les roues ne sont pas plus accidentogènes que les vélos et le sont beaucoup moins que les scooters, motos, ou voitures. Je suis contre l’interdiction de leur usage sur les trottoirs car c’est parfois une question de sécurité lorsque la route est totalement encombrée de véhicules et souvent utile pour arriver jusqu’à chez soi. Par ailleurs ces engins sont beaucoup plus manoeuvrables que les vélos en roulant au pas et beaucoup moins encombrants donc s »insèrent très facilement au sein des piétons sans les gêner à condition de rester à très faible vitesse. Dans ces conditions pourquoi les interdire sur les trottoirs? il est bien sur de bon sens que leur usage soit toléré uniquement en roulant au pas sur les trottoirs ( moins de 6 km/h) pour ne pas gêner les piétons qui doivent garder la priorité absolue.
    Je serais donc plus en faveur d’une charte de bonne conduite et de bon usage que pour une réglementation rigide. Il faudrait donc prévoir pour le vote également un choix 3 qui ne serait pas une règlementation stricte comme les choix 1 et 2, mais une simple charte de bons usages.

    Si malheureusement on ne laisse aux usagers que les choix 1 et 2 inutilement restrictifs
    je rejette le choix 1 qui interdit de circuler sur les trottoirs et impose l’usage du casque et du gilet jaune ( le casque n’est pas obligatoire en vélo).

    le choix 2 donne de mon point de vue donne un meilleur niveau de liberté pour les citadins puisqu’il permet à la fois de circuler sur les pistes cyclables , sur les trottoirs à moins de 6 km/h et serait donc seulement interdit sur les chaussées à plus de 50 km/h c’est à dire sur les routes en dehors des zones urbaines.
    Cependant On peut se demander tout de même pour quel motif interdire ces engins sur les routes a plus de 50 km/h ou des vélos ont l’autorisation de circuler. Cela n’a aucun sens. Il faudrait revoir ce point;

    En résumé on ne devrait pas imposer plus de contrainte à ces engins qu’aux vélos ( donc pas de casque obligatoire, et pas d’interdiction sur les routes à plus de 50 kmh ) ce qui n’ a aucun sens . En revanche on devrait tolèrer leur usage sur les trottoirs à moins de 6 kmh car ils sont beaucoup plus manoeuvrables et moins encombrants que les vélos et s’insèrent plus facilement au milieu des piétons. Il faut donc arrêter de vouloir brutalement assimiler ces engins à des vélos pour justifier leur interdiction sur les trottoirs car ils sont par natures différents (plus légers, plus manœuvrables à basse vitesse, moins encombrants au milieu des piétons) .

    Répondre

  9. Bonjour. Je pense que si on veut développer l’usage de ces nouveaux moyens de transports très écologiques ( pas de bruit, pas de pollution, encombrement urbain très réduit) ) et encourager les citadins ainsi à renoncer à leurs véhicules polluants et encombrants il est totalement contreproductif de vouloir réglementer de façon rigide et abusive en exagérant les problèmes comme on le lit malheureusement trop souvent dans la presse actuellement. Je suis totalement contre le fait de rendre obligatoire le casque ou le gilet jaune pour ces engins. Le casque n’est pas obligatoire pour les vélos. Non Les trottinettes électriques ou les roues ne sont pas plus accidentogènes que les vélos et le sont beaucoup moins que les scooters, motos, ou voitures. Je suis contre l’interdiction de leur usage sur les trottoirs car c’est parfois une question de sécurité lorsque la route est totalement encombrée de véhicules Par ailleurs ces engins sont beaucoup plus manoeuvrables que les vélos en roulant au pas et beaucoup moins encombrants donc s »insèrent très facilement au sein des piétons sans les gêner à condition de rester à très faible vitesse. Dans ces conditions pourquoi les interdire sur les trottoirs? il est bien sur de bon sens que leur usage soit toléré uniquement en roulant au pas sur les trottoirs ( moins de 6 km/h) pour ne pas gêner les piétons qui doivent garder la priorité absolue.
    Je serais donc plus en faveur d’une charte de bonne conduite et de bon usage que pour une réglementation rigide. Il faudrait donc prévoir pour le vote également un choix 3 qui ne serait pas une règlementation stricte comme les choix 1 et 2, mais une simple charte de bons usages.

    Si malheureusement on ne laisse aux usagers que les choix 1 et 2 inutilement restrictifs
    je rejette le choix 1 qui interdit de circuler sur les trottoirs et impose l’usage du casque et du gilet jaune ( le casque n’est pas obligatoire en vélo).

    le choix 2 donne de mon point de vue donne un meilleur niveau de liberté pour les citadins puisqu’il permet à la fois de circuler sur les pistes cyclables , sur les trottoirs à moins de 6 km/h et serait donc seulement interdit sur les chaussées à plus de 50 km/h c’est à dire sur les routes en dehors des zones urbaines.
    Cependant On peut se demander tout de même pour quel motif interdire ces engins sur les routes a plus de 50 km/h ou des vélos ont l’autorisation de circuler. Cela n’a aucun sens. Il faudrait revoir ce point;

    En résumé on ne devrait pas imposer plus de contrainte à ces engins qu’aux vélos ( donc pas de casque obligatoire, et pas d’interdiction sur les routes à plus de 50 kmh ) ce qui n’ a aucun sens . En revanche on devrait tolèrer leur usage sur les trottoirs à moins de 6 kmh car ils sont beaucoup plus manoeuvrables et moins encombrants que les vélos et s’insèrent plus facilement au milieu des piétons. Il faut donc arrêter de vouloir brutalement assimiler ces engins à des vélos pour justifier leur interdiction sur les trottoirs car ils sont par natures différents (plus légers, plus manœuvrables à basse vitesse, moins encombrants au milieu des piétons) .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *